Bientôt un marché unique pour le secteur télécom européen

Les opérateurs télécoms, les autorités administratives et divers spécialistes estiment que le secteur télécom européen va connaître de sérieux bouleversements. Pour ne parler que du marché français, des projets de marché unique ne sauraient tarder s’il faut se référer aux résultats de ces dernières années.

Les opérateurs télécoms dont SFR, Orange, Bouygues Telecom et Free ont de plus en plus de mal à se partager le marché, un constat qui ne pourra d’ailleurs qu’accélérer le processus de consolidations.

La réticence de certains acteurs au sein du secteur télécom européen

Alors que ce projet de consolidations, de fusions ou de rachats a été envisagé depuis de nombreuses années, il est loin de plaire à tout le monde, notamment aux autorités existantes dans les pays membres. L’ORECE ou Organe des Régulateurs Européens des Communications Electroniques a d’ailleurs publié un communiqué dans lequel il refuse cette idée de marché unique. Celui-ci estime que ce projet va à l’encontre des principes reposant sur la libre concurrence et sur la compétition entre les différents opérateurs. Quant aux autorités, la mise en place du marché unique leur pose un problème dans la mesure où celles-ci n’auraient plus leur place une fois cette mesure instaurée. En parallèle, l’ORECE est consciente du nombre de personnes qui pourront perdre leur emploi, estimé à 500 000 avec ce projet. Quoiqu’une destruction d’emplois trop massive qui est loin d’être profitable en ce temps de crise.

Une aubaine appréciée du côté de Bruxelles

La disparition des opérateurs nationaux, plus particulièrement les plus dynamiques, se présente comme une aubaine pour certains. Du côté de Bruxelles, il ne peut s’agir que d’une bonne chose puisque ce projet va permettre aux opérateurs télécoms qui ont une faible part de marché de se ressaisir et de s’implanter plus facilement à travers les autres pays se trouvant à l’intérieur des frontières de l’union. D’ailleurs, tous les opérateurs télécoms sont déjà sur le point, si ce n’est déjà fait, d’étudier toutes les alliances possibles avec un ou plusieurs concurrents en vue d’un partage d’investissements ou d’infrastructures entre les deux parties.

Des avantages concrets pour les usagers

Ce changement devrait plaire aux usagers à cause des nombreux avantages que celui-ci implique. Parmi ces intérêts, il y a l’abolition des frais de roaming, la possibilité de consulter l’annuaire mobile rien qu’à partir de son téléphone mobile.