Nokia renonce au rachat d’Alcatel-Lucent

Nokia, l’équipementier de l’opérateur Télécom français Free Mobile vient de renoncer au rachat d’Alcatel-Lucent.

Bien que la vente de la partie « terminal » de Nokia à Microsoft soit presque finalisée, le groupe n’envisage plus d’acquérir une partie de l’équipementier Alcatel-Lucent.

Alcatel-Lucent, la mauvaise surprise continue

Une actualité qui a retenu l’attention des mobinautes, des opérateurs télécoms et surtout le Gouvernement est la situation de crise d’Alcatel-Lucent. Dernièrement, la société envisageait de supprimer plus d’un millier de postes, dont 900 en France, puis a sollicité la collaboration des fournisseurs télécoms français. La demande a apporté ses fruits avec l’appui de trois d’entre eux. Néanmoins, la mauvaise surprise continue de survenir chez Alcatel-Lucent.

Au début, Nokia avait de bonnes intentions à l’égard d’Alcatel-Lucent. Le grand équipementier de Free Mobile a gagné plus de 3 milliards d’euros lors de la vente de la partie « Terminal » à la grande société de Bill Gates, et 1,6 milliard d’euros de plus en licence sur ses brevets. Malgré un gain aussi phénoménal, son projet de rachat et de fusion avec Alcatel-Lucent a pris une autre tournure après avoir planifié plusieurs options.

Tout au plus, la collaboration entre NSN et Alcatel-Lucent aurait permis de recoller les morceaux avec les autres équipements télécoms fixes et mobiles tels qu’Ericsson ou encore Huawei.

Besoin de restructuration

Si la fusion entre Nokia et Alcatel-Lucent aurait eu lieu, celle-ci aurait entravé de graves conséquences sur les activités des deux sociétés. Néanmoins, le fournisseur d’équipements de Free Mobile s’était déjà intéressé par une cession de la partie « accès mobile » d’Alcatel. En somme, cette idée de fusion n’était encore envisageable vu que l’équipementier français est en pleine restructuration. De plus, Maxime Lombardini, délégué général d’Iliad, avait refusé l’idée de  travailler avec Michel Combes, PDG d’Alcatel-Lucent lors du colloque de L’Arcep.

Il faut dire que d’une part, Alcatel-Lucent est encore loin de sortir de son cocon et pouvoir concurrencer avec les autres fournisseurs. D’autre part, les opérateurs télécoms tentent de rester patriotique envers ce dernier tout en essayant de garder la première place du meilleur fournisseur sur le marché.

Proposer de nouvelles stratégies, profiter de la montée du réseau 4G,…toutes les bonnes opportunités se présentent à Alcatel afin de se redresser dans le secteur de la téléphonie. Quant aux consommateurs, ils s’attendent toujours à un meilleur service qui leur permettra de communiquer en toute sérénité, de faire de leur téléphone un moyen de recherche sur les plus grands sites du moment tel que l’annuaire gratuit mais surtout un outil leur assurant une sécurité permanente.